De la dualité à l'unité | From duality to unity

 
 

Diversity is written in the universe: it is the place where everything is possible!

This explains why we encounter infinite contradictions, such as greatness and smallness or abundance and lack of something.

Let’s consider that each of these determinations find their condition into the existence of its contrary. For example, greatness would become possible because smallness exists (and inversely).

La diversité est inscrite dans l’univers: c’est le lieu de toutes les possibilités! Ce qui explique que nous puissions y trouver une infinité de déterminations contraires, comme par exemple, la grandeur et la petitesse, ou encore l’abondance et le manque. Considérons que chacune de ses déterminations trouve sa condition d’existence dans son contraire. Par exemple, la grandeur deviendrait possible, car la petitesse existe (et inversement). 

 
 
 

From the Antiquity, the world could be understood by the interaction between contraries. Heraclitus, Greek philosopher from the 6th century before Jesus was one of the founding fathers of the “unity of contrary” in Occident. According to the Ephesian, whilst the world is built out of polarities, a certain harmony however results out of it.

Is it really possible to imagine a complex, variated world changing towards a unification movement?

According to Heraclitus, the world is constantly changing. Elements composing it do not stop from changing form through transformation from one contrary to the other. Opposites are intimately linked: one of them cannot exist without the other. This relationship however does not prevent opposition. It simply indicates that both terms meet in a uniting energy, just like two magnets from opposite poles attract each other.

 

The idea of the unit of contraries goes even further claiming that one of the terms is the permanent possibility of its antagonist. For example, cold things are opposed to hot things but are subject to heating (or inversely). Hot is the “same” as cold because it is the cold in strength.

 

The force ruling the world tends to orient towards balancing it. Representing two extremes, opposites manage to balance out and unite the world.

 

Our vision of the world should not find its limit to a particular aspect, depending on one another. “The ascending and descending path is one and the same”, because they are the sloping of the same mountain. Whether it is ascending or descending is just a matter of perspective. But it is important to keep in mind that the mountain itself contains both determinations. This applies to what surrounds us!

Dès l’Antiquité, le monde pouvait se comprendre par l’interaction entre les contraires. Héraclite, philosophe grec du 6ème siècle avant notre ère, fut l’un des pères fondateurs de la pensée de l’unité des contraires, en Occident. Selon l’Ephésien, bien que le monde soit formé de polarités, une certaine harmonie n’en résulte pas moins. 

Est-il véritablement possible d’imaginer un monde complexe, multiple et changeant dans un mouvement vers l’unification ?

D'après Héraclite, le monde est en devenir perpétuel: les éléments qui le composent ne cessent de changer d’état, par transformation d’un contraire dans l’autre. Les opposés sont intimement liés: l’un des deux ne peut exister sans l’autre. Ce rapport n’empêche pas moins l’opposition. Il indique simplement que les deux termes se retrouvent dans une énergie unificatrice, comme deux aimants de pôles magnétiques opposés s’attirent. 

L’idée de l’unité des contraires va encore plus loin en affirmant que l’un des termes est la possibilité permanente de son antagoniste. Par exemple, les choses froides opposées aux choses chaudes, sont susceptibles de réchauffement (et inversement). Le chaud est le « même » que le froid, puisqu’il est le froid en puissance.

La Force qui régit le monde tend à le tourner vers un équilibre. En représentant deux extrêmes, les opposés parviennent, ensemble, à équilibrer le monde. 

Notre vision du monde ne devrait pas se limiter à un aspect particulier, au dépend d’un autre. « Le chemin montant descendant est un et le même », car il représente les versants d’une même montagne. Qu’il soit montant ou descendant n’est qu’une question de perspective. Mais il faut garder à l’esprit que la montagne contient en elle les deux déterminations. Ceci est valable pour tout ce qui nous entoure! 

 
 
 
Visuels Articles Blog.png
 
 
 

Rather difficult to accept that harmony results from a tension between two opposite poles when our society taught us to structure the world with discriminatory analysis, right? To simplify reality’s complexity, we brought all things under files of the same nature. This is how we judge how something is white, and consequently, not black. We consider this obvious because a same object cannot present properties from opposite categories at the same time.

 

Relying on this logical, useful and needed process, the human is brought to interpret its surroundings according to his unique vision which is in accordance with reality. In such a judgement, the world is observed according to one vision, whereas so many exist! Unfortunately, this research to classify according to resemblances leads to adversity and excludes harmony founded on difference.

 

Multiple oriental cultures integrated the principle of unity in contraries. The famous Yin and Yang from Chinese philosophy is a good example. Traditionally, Yin is associated to the feminine aspect, the moon, black and cold whilst Yang refers to the masculine, the sun, white and hot. This simplify opposite things existing in the universe to a united duality.

Ultimately, to understand the world in its “harmonious heterogeneity” is to override adversity to benefit from it as a whole. One thing and its contrary are indeed two sides of a same reality.

 

 

This being said, we can now approach the world as it is, without distorting it with our own perceptions’ influence. This passage from duality to unity is necessary for the world to win cohesion and harmony.

 

« Multitude that cannot be reduced to unity is confusion » cited the philosopher Pascal, in “The Pensées”. 

Difficile d’accepter que l’harmonie résulte de la « tension » entre les opposés, lorsque notre société nous a appris à structurer le monde par analyses discriminatoires, non? Pour simplifier la complexité de la réalité, nous avons répertorier toutes les choses sous forme d’ensemble de même nature. C’est de cette façon que nous jugeons qu’une telle chose est blanche et, par conséquent, non-noire. Nous considérons cela évident, étant donné qu’un même objet ne peut présenter des propriétés de catégories contraires, en même temps.

En s’appuyant sur ce procédé logique et nécessaire, l’homme est amené à interpréter ce qui l’entoure, selon son unique vision qu’il croit être en accord avec la réalité. Dans un tel jugement, le monde n'est envisagé que d’une certaine manière - alors qu’il en existe tant d’autres! Malheureusement, cette recherche de classification par ressemblance engendre l’adversité et exclut l’existence d’une harmonie fondée sur la différence. 

De nombreuses cultures orientales ont intégré le principe de l’unité des contraires. Le fameux symbole du Yin et du Yang de la philosophie chinoise, en est un bon exemple. Traditionnellement, le Yin est associé à l’aspect féminin, la lune, le noir et le froid, tandis que le Yang évoque le genre masculin, le soleil, le blanc et le chaud. Ce symbole pense l’univers dans une dualité unifiée.

En définitive, comprendre le monde dans son « hétérogénéité harmonieuse », c’est outrepasser l’adversité au bénéfice de l’ensemble. Une chose et son contraire sont bel et bien les deux pans d’une même réalité

Ceci étant dit, nous pouvons à présent aborder le monde tel qu’il est, sans le distordre sous l’influence de nos propres perceptions. Ce passage de la dualité à l’unité est une nécessité qui permet au monde de gagner en cohésion et en harmonie. « La multitude qui ne se réduit pas à l’unité est confusion […] » citait le philosophe Pascal, dans ses Pensées

 
 
 

Finally, reading the world this way, we link everything and everyone in a great unifying run-up.

Enfin, par cette lecture du monde, nous relions toutes les choses et tous les êtres ensemble, dans un grand élan unificateur.